Alimentation paléo: efficace pour la santé et les performances sportives

Alimentation paléo: efficace pour la santé et les performances sportives

Publié le : - Catégories : Nutrition

De nos jours, nous sommes envahis d’informations et nous nous retrouvons perdus au milieu d’affirmations et négations sur la meilleure façon de s’alimenter.

Preuve que nous ne connaissons pas toute la vérité c’est ce constat un peu amer : nous vivons plus longtemps mais en moins bonne santé. Faute aux maladies cardiovasculaires, auto-immunes et neurodégénératives causées par une alimentation inadaptée à notre génome.

Comment savoir quelle est l’alimentation idéale ?

Selon les adeptes du régime paléo, nous devons prendre comme référence l’alimentation qui a façonnée notre génome, c’est-à-dire celle au cours du Paléolithique, avant l’apparition de l’agriculture lorsque l’homme était chasseur-cueilleur. Certains chercheurs comme Staffan Lindeberg ont contribué énormément pour prouver la véracité du régime paléo. Dans les années 90 il décide de pratiquer des examens de santé sur les habitants d’une île en Papouasie-Nouvelle-Guinée et constate qu’aucun d’entre eux ne souffrait de nos maladies modernes : diabète, surpoids, hypertension, ostéoporose, cancers…

Peut-on augmenter nos performances sportives avec le paléo ?

L’alimentation paléo optimise le fonctionnement de l’organisme à travers de l’utilisation des glucides. Ils sont stockés en forme de glycogène et sont une réserve d’énergie importante pour les sports d’endurance et force. 

Dommage que certains athlètes négligent leur alimentation et se retrouvent avec des blessures chroniques en fin de carrière. Ces lésions auraient pu être évitées grâce à un apport correct en vitamines.

Est-il possible de manger paléo au XXIe siècle ?

Le régime paléo peut être adapté à notre alimentation moderne mais il est impossible de manger exactement comme l’homme des cavernes car :

- Même si nous achetons notre viande et poisson chez le boucher/poissonnier nous mangeons la plupart du temps des animaux d’élevage qui ont moins d’oméga-3 que les animaux sauvages

- Les oléagineux (amandes,noix, noisettes, pignons et pistaches) sont plus sucrés qu’auparavant

- Les fruits et légumes du Paléolithique étaient plus variés et n’avaient pas de pesticides

Néanmoins manger paléo sera toujours mieux que d’avoir une alimentation 100% industrielle.

Comment manger paléo ?

Viandes et poissons

La viande est autorisée dans le régime paléo. Mangez des viandes maigres (filets, à moins de 5% de matière grasse) et des viandes blanches (poulet, dinde, lapin, veau…). Les produits transformés comme le saucisson, bacon, jambon ne sont pas paléo.

Concernant les poissons, privilégiez les poissons pêchés et gras : sardines, harengs, maquereaux, anchois…Les fruits de mer sont également recommandés.

Œufs

Choisissez des œufs biologiques qui sont faibles en polluants et riches en Oméga-3.

Matières grasses

Vous devez choisir votre matière grasse en fonction de son utilisation.

Pour cuire ou assaisonner vous avez : les huiles de macadamia ou d’olive (vierge et de première pression à froid). Ce sont des acides gras mono-insaturés stables à la chaleur qui peuvent être cuisinés.

Pour uniquement assaisonner privilégiez l’huile de colza, de lin, de chanvre ou de cameline qui sont riches en Oméga-3.

En revanche, pas de margarine ni de beurre dans le régime paléo.

Et l’huile de coco ?

L’huile de coco destiné à cuisiner n’est pas recommandé à être utilisé en grande quantité car il est constitué en majorité des graisses saturés.

Produits laitiers

Les produits laitiers ne sont pas compatibles avec le paléo en revanche la whey protéine est acceptée. Surtout pour les sportifs la protéine reste pratique et utile.

Céréales

A part le riz basmati et le sarrasin qui ne contiennent pas de gluten et qui sont une bonne source de glucides, toutes les autres céréales ne sont pas compatibles avec le régime paléo.

Légumes et fruits

Indispensables pour tout homme paléo moderne qui se respecte. Les légumes sont faibles en glucides et sont alcalinisants (pas acides).  Il va de même pour les fruits, sauf certains fruits sucrés, riches en fructose.

Évitez en revanche les jus de fruits qui mélangés à l’eau arrivent plus rapidement au foie où le fructose est transformé en graisse.

Passez à côté également de certains tubercules comme les pommes de terre et le manioc car les chercheurs ont découvert, depuis peu, qu’ils ne sont pas adaptés à notre génome (présence de saponines).

Algues

La spiruline (riche en fer) et la chlorella (source de B12) sont intéressantes pour compléter le régime paléo.

Oléagineux

Les oléagineux sont source de lipides. Privilégiez les noix de macadamia, noisettes, amandes et pistaches. En contrepartie, les graines de tournesol sont riches en Oméga-6 et doivent être exclues.

Petite astuce : avant de consommer vos oléagineux faites les tremper dans de l’eau limpide plus de 7 heures et ajoutez une pointe de sel pour réduire l’acide phytique.

Légumineuses

Les légumineuses (lentilles, haricots, pois) ne sont pas compatibles avec le régime paléo.

Articles en relation

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits