Jeune parent et crossfiteur, comment s'en sortir?

Jeune parent et crossfiteur, comment s'en sortir?

Publié le : - Catégories : Société

Un enfant bouleverse la vie de ses parents dès ses premières minutes de vie. Un bouleversement émotionnel qui change notre façon de voir les choses mais aussi l’organisation de nos journées de loisirs, de travail et de sport.

Ses petits êtres demandent beaucoup d’attention et nous laissent très peu de temps pour nous et nos activités habituelles comme notre sport préféré !

Si vous pensez que devenir parent vous demandera de faire une pause dans votre vie sportive, prenez l’exemple de Marine l’Anchois qui a fini son entraînement seulement quelques heures avant de partir à la maternité : "J’étais réticente à l’idée de devenir maman car j’allais devoir faire une pause dans le crossfit. Finalement mon dernier wod s’est déroulé quelques heures avant d’entrer à la maternité ! j’ai repris les entraînements 1 mois après et ai fait les Opens 2019 cinq mois après. Je continue d’aller à la box 5 fois par semaine, sous l’œil, souvent fermé, de ma petite crevette ."

Pareil pour Max Guerratchi qui affirme que la naissance de sa fille n’a jamais été une excuse : "Mes séances sont souvent plus courtes. Je l’amène régulièrement à la box avec moi, alors je m’entraîne avec un œil sur le bébé et l’autre sur la barre. "

Pour Antony Coulmeau la naissance de ses trois enfants n’a pas modifié son nombre de séances ni leur intensité. Son changement a été dans le créneau horaire :  "Mes wods sont matinaux, dès 6 heures du matin ! "

En effet, certains parents vivent la parentalité comme simplement un changement dans leur organisation: "J’ai dû changer mes habitudes et horaires (un peu moins d’heures d’entraînements) mais pour le reste cela n’a rien changer ! J’ai pu effectuer les opens, les compétitions…ma femme est même venue avec mon fils pour me voir, que du bonheur !"  témoigne Renaud Cambon.

En revanche, pour d’autres familles, l’arrivée d’un enfant laisse moins de place (ou pas du tout) pour le sport. Cela a été le cas de Etienne Heyninck qui a dû quitter sa box et installer tout l’équipement sportif chez lui, pour pouvoir s’occuper le plus possible de sa progéniture.

Aménagement chez Etienne


Contrairement pour Lily, la reprise du sport s’est fait plus tardivement, c’est-à-dire, 2 ans après la naissance de sa fille : "Pas facile de jongler entre journée de travail à temps plein et d’être maman."
Pour certains, par contre, la maternité/paternité tombe sans trop prévenir : "Ma fille m’a apporté de la stabilité car pas de sorties arrosées, des réveils tôt le matin, positive attitude obligatoire ! Elle a maintenant 16 ans, m’accompagne dans les entraînements de Crossfit et commence à me mettre des raclées !"  raconte Juliette Hardy qui est tombée enceinte juste avant de rentrer en fac de sport.]

Si malgré toutes ces péripéties vous continuez à pratiquer votre sport, cela ne peut être que bénéfique pour vous et votre enfant. C’est ce que nous prouve Jérôme Serub dont l’enfant a été le point de départ pour manger équilibré :  "J’ai diminué mes séances à raison de 3 à 4 fois par semaine et je fais des repas équilibrés pour toute la famille" . De la même manière pour Mathieu Osmont, jeune papa d’une petite fille : "La priorité c’est que ma fille ne manque de rien ! Je souhaite l’initier au Crossfit à l’âge de 3 ans."  Pour lui, la pratique sportive est un héritage intangible grâce aux valeurs de la discipline et du respect. Il signale qu’être en bonne forme c’est aussi une preuve d’amour envers ses enfants.

Articles en relation

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits