Mincir, une solution: sport et nutrition!

Mincir, une solution: sport et nutrition!

Publié le : - Catégories : #PurVitaé&Vous

Les personnes à forte corpulence peinent à trouver leur place dans la société. Vous pensez que les préjugés n’existent pas et que tout est dans la tête de ceux/celles qui vivent mal dans leur peau ? Vous êtes en tord ! 45 % des Français estiment normal de refuser un emploi à une personne ronde et si vous êtes une femme vous êtes encore plus discriminée. (source : Le Monde)

Nous avons discuté de ce sujet avec Taïna, 35 ans, 1m54 et 93 kg. Elle nous raconte son rapport avec la nourriture depuis sa tendre enfance et les difficultés vécues de l’adolescence à l’âge adulte.


Comment était ton alimentation lorsque tu étais enfant ?

Pour comprendre ma situation actuelle j’essaie de faire un flash back dans mon enfance. Je me dis que quelque chose a mal tourné. Ma mère me racontait que les moments des repas étaient difficiles, je n’avais pas vraiment d’appétit et ne mangeais que du riz avec du jus de viande et du fromage. Lorsque ma mère, qui était souvent en déplacement, est partie en voyage et m’a confié à ma baby-sitter, je n’ai mangé que du fromage blanc pendant 30 jours. J’étais tellement maigre que ma mère avait peur de me laisser jouer avec d’autres enfants. Elle me supplémentais avec des compléments alimentaires et lorsque j’avais mal au ventre mon père m’obligeais à manger des céréales avec de la banane. Pour moi, c’était insupportable de manger de la banane, je détestais tous les fruits à en vomir. A table, je devais manger les légumes, mais discrètement je partais aux toilettes pour cracher la nourriture.

 

Quand est-ce que les inquiétudes avec ton poids ont commencé à faire surface ?

Mes problèmes liés à mon poids ont commencé avant mon adolescence... j’étais la rondelette de la famille. A 14 ans j’avais déjà un ventre rond. Les autres filles portaient des mini-jupes et des t-shirts serrés mais pas moi. A l’arrivée de mes premières règles ça s’est aggravé. Des psychologues ont essayé de comprendre pourquoi je préférais le sucré et pour eux c’était peut-être une façon que j’avais de m’enfuir de ma situation parentale : je vivais mal la séparation de mes parents. A 15 ans les régimes miraculeux ont commencé… la diète de la lune, ou encore des régimes médicamenteux prescrits par des nutritionnistes et des médecins. A cet âge là, j’ai découvert l’hormone du stress. En effet, après avoir fait des séances de sport intensives et n’avoir perdu que 100 grammes, un endocrinologue m’a confirmé que mon taux de cortisol était excessif. Le cortisol est une hormone qui se libère quand on a trop d’adrénaline dans le corps. Notre corps a 70 % d’eau et le cortisol retient l’eau… ce qui fait que je grossis plus vite et maigris moins vite qu’une personne « normale ». En tout cas, les médecins ne sont pas tous d’accord. Certains disent que mon problème est d’ordre inconscient et émotionnel et d’autres que c’est à cause de mon alimentation dans l’enfance.


Quelle était l’évolution de ton poids au fil des années ?

A 25 ans je pesais 65 kilos. A 28 ans 58 kg lorsque je me suis séparé de mon petit ami , et 83 kg l’année dernière. Aujourd'hui avec 10 kilos de plus je me sens frustrée car je suis à la recherche d’un emploi stable. Pour moi, mon organisme se défend en retenant ce que je mange.

[caption id="attachment_2051" align="alignnone" width="326"]mincir avec du sport Taïna à 28 ans[/caption]

 


Quelles sont les difficultés quotidiennes liées à ton surpoids ?

Des choses simples du quotidien comme lacer mes chaussures, s’épiler, marcher trop vite... C’est difficile de trouver un vêtement à la mode qui est à ma taille. Sans compter la perte de la confiance en soi, le sentiment d’avoir été punie par la vie.


Est-ce que tu t’es déjà sentie mal à l’aise lors d’un entretien d’embauche? Une situation embarrassante dans le milieu professionnel ?

Je suis quelqu’un qui a du répondant donc je n’ai jamais vécu une situation difficile au travail. Mais je sais très bien que je ne suis pas dans la norme ni dans le profil de la plupart des embaucheurs. Ils doivent se dire: « Si elle ne s’occupe pas assez bien d’elle, je ne crois pas qu’elle soit compétente » J’ai un fait qui est arrivée à mon petit copain (lui aussi a des problèmes avec son poids). Il est rigologue et fait ce qu’on appelle des « séances du rire ». Lors d’un atelier il dit aux participants que rire équivaut à des exercices physiques et quelqu’un l’interpelle : « mais alors pourquoi tu es gros ? »

 

Pourquoi penses-tu être en surpoids ?

Je me suis toujours demandé pourquoi certaines personnes sédentaires qui mangent énormément n’ont pas de soucis de poids comme moi. Je pense qu'une des raisons c'est à cause mon métabolisme qui est super lent. Quand on prend du poids c’est parce que l’on ingère plus de ce que l’on dépense. Si tu es quelqu’un d’actif qui a beaucoup d’occupations dans la journée ton métabolisme est toujours sollicité. Si tu arrêtes de « bouger » (perte d’emploi, une vie sociale moins agitée) le métabolisme de ton corps ralenti... Mon plus gros problème ce sont mes habitudes alimentaires : la qualité de mes mets et non la quantité. J’aime cuisiner mais pas tous les jours, parfois je choisis la facilité. Petit à petit je modifie mon quotidien. Je ne bois plus de lait, des boissons gazeuses sucrées, j’évite au maximum l’ajout des matières grasses et du sucre dans la nourriture… D’un regard extérieur la nutrition et les régimes peuvent paraître faciles à gérer mais en fait non. Être ronde ça veut dire manger un bonbon et le regretter toute la semaine. Du côté de ma santé, tous mes examens sont normaux, mes taux de cholestérol et de glycémie sont corrects. J’avais une copine mince qui avait du cholestérol. Comme quoi ce ne sont pas des maladies réservées qu’aux personnes en surpoids. Je connais toutes les méthodes de perte de poids à travers la chirurgie : l’anneau, le by-pass, le sleeve… mais je ne veux pas de ça. Je connais des gens qui ont eu des effets collatéraux très désagréables comme la perte de cheveux, anémie sévère, gastrite... J’ai déjà pratiqué 7 ans de natation, volley et d’autres sports. A l’heure actuelle je suis inscrite à une salle de sport et j’ai envie d’activer mon métabolisme.

Si tu pouvais changer quelque chose dans ton corps, que changerais-tu ?

J’aimerais changer le fait d’être mieux dans ma peau mais on me rappelle souvent que je suis ronde. Quelques fois je me suis éloignée de ma famille car ils se permettaient de contrôler ma balance : « tu grandis vers l’horizontale » ; « pourquoi tu as autant grossi ? » « ce n’est pas beau d’être grosse ! » J’ai un miroir chez moi, je vis avec ça tous les jours et je sais que je suis ronde. Si je le pouvais, je changerais aussi la façon que les autres voient les personnes rondes. Beaucoup pensent que nous sommes ronds parce que nous le voulons, nous sommes irresponsables avec notre corps, nous ne cherchons pas d’aide médicale, nous mangeons trop et nous ne faisons pas de sport. Personne n’aime être en surpoids. Il faut s’instruire sur le sujet avant de juger les autres. Le message que les médias véhiculent est alarmant... être belle c’est être mince voire maigre. Vous n’avez qu’à allumer la télé… le concours Miss France, les défilés de mode, le cinéma, la pub... Peu importe tous les vents contraires, maintenant j’ai envie de faire table rase du passé et de continuer à bien m’alimenter et à pratiquer du sport régulièrement. J’incite toutes les personnes qui sont dans la même situation que moi à faire du sport, à s’instruire sur la nutrition et à avoir confiance en soi. C’est important de se sentir en paix avec son corps.

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits