L'ostéopathie: un bon moyen pour améliorer ses performances sportives

L'ostéopathie: un bon moyen pour améliorer ses performances sportives

Publié le : - Catégories : Santé

L'ostéopathie est une médecine douce qui vise à diagnostiquer et traiter manuellement les restrictions de mobilité de l’ensemble des structures du corps humain qui entraînent des troubles fonctionnels.

À cause de ces troubles, de plus en plus d'athlètes, quel que soit leur niveau, font appel à l'ostéopathie pour soigner leurs pertes de mobilité et blessures (entorses, tendinites). Mais pas que ! L’ostéopathie peut avoir également un aspect préventif et générer l'amélioration des performances d'un athlète (amplitude, ajustement des structures...)

Thomas André, ostéopathe du sport, explique comment l'ostéopathie peut être bénéfique chez un sportif : "Un des grands principes de l’ostéopathie est que le corps est un tout, c’est à dire que toutes les structures communiquent entre elles. Une douleur de cheville peut provenir d’un problème de hanche, un mal de dos d’un problème viscéral, etc.

Le deuxième grand principe est que la structure gouverne la fonction. Exemple: si la structure est altérée (nerf), elle remplit moins bien sa fonction (donner un influx nerveux). Un nerf comprimé donne des douleurs, donc l’ostéopathe, au lieu de donner des antidouleurs, va chercher à diminuer la compression qui se trouve sur ce nerf.

L’autoguérison fait également partie des principes de l’ostéopathie. Le corps possède toutes les solutions nécessaires à sa bonne santé. L’ostéopathe est là pour stimuler les capacités d’autoguérison du corps. Il aide donc son patient à se guérir en quelque sorte. "

Thomas, quand doit-on aller voir un ostéo? 

L’ostéopathie est une médecine holistique, les motifs de consultations en cabinet diffèrent tous les jours que ce soit pour un sportif ou non: maux de tête, douleurs lombaires, entorses, douleurs abdominales, douleurs musculo-squelettiques, etc.

Les domaines d’application sont multiples : il y a la sphère ostéo-articulaire, la sphère viscérale/thoracique et la sphère crânienne.

Pour une personne qui ne fait pas de sport, elle peut consulter à tout moment à titre préventif pour des douleurs telles que musculo-squelettique (lombalgie, cervicalgie, gonalgie), pour des symptômes viscéraux (reflux gastrique, ballonnement, troubles du transit) ou encore pour des symptômes crâniens (migraines, céphalées, sinusites).

Il n’y a pas vraiment de sonnette d’alarme mise à part les gros blocages (torticolis, lumbago, sciatique). De fortes douleurs motivent plus les patients à consulter, mais chacun peut consulter son ostéopathe pour un suivi avant que ces blocages n’apparaissent.

Pour un sportif c’est la même chose. En revanche il doit éviter d'aller voir un ostéopathe juste avant une compétition car son corps aura progressé suivant son « schéma corporel ». En effet, en traitant les zones de restrictions de mobilité sa proprioception (perception de la position des différentes parties de son corps) se retrouvera perturbé pendant une courte période, ce qui est incompatible avec la performance. Ceci est d’autant plus vrai pour les sports de précision.

Quels sont les bienfaits de l’ostéopathie à posteriori ?

Tout dépend du motif de consultation. Mais dans tous les cas en libérant les mauvaises adaptations du corps, l’ostéopathe permet de redonner de la mobilité aux différents tissus donc une bonne harmonie, une bonne circulation des fluides et une bonne fonction du système musculo-squelettique, du système viscéral, du système crânien et du système nerveux.

Y a-t-il des contre-indications ?

Les contres indications sont peu nombreuses mise à part les choses évidentes comme les fractures, les maladies en phases aiguës, traumatisme crânien récents, infection, etc.

L’ostéo agit sur les troubles fonctionnels, ou sur les troubles organiques mineurs, par contre il ne répare pas une structure gravement détériorée.

Pendant nos études d’ostéopathie nous apprenons la sémiologie (étude des symptômes). Avant de traiter un patient, l’ostéopathe doit établir un diagnostic médical avec des tests. Lorsque le risque médical est écarté il peut commencer son diagnostic ostéopathique. On ne traite pas tout en ostéopathie mais on peut traiter tout le monde (nourrisson, sportif, senior, femme enceinte).

Est-ce que tout sportif doit faire appel à un professionnel paramédical ?

Certainement oui. Les sportifs mettent leurs corps à rude épreuve, il est important de conserver son équilibre.

L’ostéopathie associée à une bonne hygiène de vie permet d’améliorer le confort du sportif, ses performances et sa longévité. La performance passe avant tout par l’entraînement et le soin.

Quelle est la différence entre un ostéopathe et un kinésithérapeute ? Lequel des deux est le plus indiqué lors d’une blessure sportive ?

Un kiné résout des problématiques fonctionnelles localement (parfois plus globale) en travaillant sur la fonction musculaire et articulaire. Il utilise aussi des agents physiques, électrodes par exemple. Avant de consulter un kiné le patient passe d’abord par le médecin pour qu’il donne ses directives au kiné.

Un ostéo n’est pas sous la hiérarchie médicale (c’est pourquoi nous devons établir un diagnostic médical avant toute intervention).

Il résout des problèmes fonctionnels et travaille la structure de manière globale, localement et à distance. L’ostéopathe va chercher la cause de la douleur pour qu’elle diminue, disparaisse.

Les deux disciplines sont adaptées après une blessure sportive. Étant donné que ce n'est pas le même métier, il est important que ces deux professionnels travaillent conjointement pour le bon rétablissement du patient.

Quelles sont les blessures les plus courantes pouvant être traitées chez un sportif ?

Ça dépend vraiment du sport pratiqué. Chez les runners, le plus courant ce sont les problèmes de genou, cheville, bassin, ainsi que des entorses, des douleurs méniscales et le syndrome de l’essuie glace. En ce qui concerne le CrossFit et la natation ce qu’on voit le plus ce sont des douleurs aux épaules et la zone lombo-sacré comme les tendinites et les douleurs sur la coiffe des rotateurs.

D’un point de vue purement anatomique, y a-t-il une différence entre un corps athlétique et non athlétique? 

Seule la masse, le tonus musculaire change. Il faut adapter les techniques en fonction de son patient, de son passé, de ses symptômes. Il est à noter que les techniques changent entre un rugbyman, une personne âgée ou un nourrisson.

Merci à Thomas André de nous avoir accordé cet interview. Si vous êtes à la recherche d'un professionnel compétent dans la région de l’Hérault (34), prenez rendez-vous avec lui sur Doctolib: https://www.doctolib.fr/osteopathe/grabels/thomas-andre

Articles en relation

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits