Raid Amazones: 7 jours d'épreuves au Sri Lanka

Raid Amazones: 7 jours d'épreuves au Sri Lanka

Publié le : - Catégories : #PurVitaé&Vous

A l’aube de sa quarantaine Sophie avait besoin d’un nouveau challenge. Son amie Lora lui propose de participer au Raid Amazones, une aventure 100% féminine qui lie sport, aventure et solidarité.

Le défi a commencé dès leur inscription en Mars 2018 : elles n’avaient que 6 mois pour se préparer physiquement.  

Comment s’inscrire au Raid Amazones ?

Les inscriptions se font via le site raidamazones.com, il y a un dossier à remplir et celui-ci est validé lors du paiement. Le prix est d’environ 4000€TTC/personne (sans compter les billets d’avion), il y a des équipes de 2 ou de 3. Nous avons eu la chance d’être soutenues par des entreprises et avons été sponsorisées à 100%.

Lors de l’inscription, il est écrit que le Raid est accessible à tous, je vous confirme que non, il est très dur, il faut un minimum de préparation pour enchaîner les épreuves (environ 130 km en 6 jours) sous 42 degrés et 75% d’humidité !

Il est obligatoire d’avoir une attestation médicale de moins d’un mois avant le départ et sur place le premier jour nous avons un entretien avec le médecin de l’organisation qui décide si nous sommes aptes à courir.

Comment se sont déroulées les épreuves au Raid Amazones ?

Après 15h de vol et 7h de bus nous sommes bien arrivées sur la baie de Passikudah au Sri Lanka.

1er jour : contrôle administratif

Atelier canoë, vérification de notre niveau de natation et on récupère notre matériel : pagaies et gilets.

Atelier VTT, on nous apprend à changer un pneu en cas de crevaison, comment ça ? nous devons faire ça toutes seules ? Il faut croiser les doigts pour ne pas crever… Vérification du matériel obligatoire : camelbak, casque, kit réparation, pompe à vélo, chambre à air, multi outils et boussole (ils ne manquent pas de vérifier si nous savons nous en servir).

2ème jour : La pression monte ! 112 équipes au départ

J1 trail, réveil à 4h45.

Très beau parcours, majoritairement en piste sablonneuse, à 5km la chaleur se fait ressentir, il fait déjà 39 degrés et l’humidité n’arrange rien, il n’y a pas de dénivelé heureusement, à 10 km nous traversons un village et ça fait du bien, il y a beaucoup de personnes en bord de route qui nous encouragent, c’est merveilleux de voir ces enfants en uniformes et ça nous booste.

Le dernier km est très dur, la chaleur est compliquée à gérer, nous courons dans des rizières, il faut faire attention aux chevilles et enfin nous voyons l’arche finale ! Au bout de 2h19 nous sommes 48èmes.

3ème jour : Le canoë, l’épreuve que nous redoutions le plus

J2 canoë 15 km, réveil 5h15

Départ sur la plage, 500 m à courir sur le sable avec nos pagaies à la main pour arriver jusqu’à notre canoë. Les 4 premiers km sont compliqués, il y a beaucoup de courant, on s’épuise déjà ! Ouf nous arrivons dans un lagon pour arriver au port de pêche pour faire le demi-tour, c’est magnifique et surtout plus facile. Nous remontons un peu notre retard, nous mettons la musique pour nous donner du courage, les équipes autour de nous sont ravies ! Et nous voilà de retour sur la partie océan, horrible, nous voyons l’arche mais nous avons l’impression de faire du sur place… les bras chauffent, les trapèzes brûlent, le dos est en compote mais on ne lâche rien, nous passons l’arche au bout de 3h07.

Ce fût pour mon binôme sa pire épreuve mais en même temps celle qui nous a plongées dans l’univers du Raid Amazones car on a vu la solidarité entre les filles, nous voilà toutes à l’eau pour aller chercher les dernières équipes, un moment magique ! Nous sommes 53èmes !

4ème jour : Le jour où j’ai pensé abandonner

 J3 Le VTT de l’enfer, 50 km de piste sablonneuse.

 Réveil 4h00, ça commence à piquer, je suis crevée et pour rien arranger il a plu toute la nuit !

 De la boue du début à la fin, des flaques… l’horreur, j’ai des jambes en mousse dès le 1er km, au ravitaillement à 21 km , je suis à bout… je repars et c’est compliqué pour moi, je pleure, je crie, me demande ce que je fais là, il fait 42 degrés, un soleil de plomb, beaucoup d’abandons pour hyperthermie mais je ne peux pas lâcher, il y a trop de personnes derrière moi … je dois être à allure d’une marche rapide, les petites montées me paraissent être le mont Ventoux, Lora me traîne comme elle peut, au bout de 3h40 de réelle souffrance nous passons l’arche sous les acclamations des autres amazones.

Ce fût pour moi le pire jour du Raid, 200 fois j’ai pensé jeter le vélo mais c’est aussi l’épreuve qui m’a faite me surpasser, j’étais là pour ça, les jambes m’ont lâchées dès le début mais le mental était là, je ne sais toujours pas comment j’ai terminé mais c’est fait et malgré une 71ème place, c’est celle dont je suis la plus fière.

5ème jour : J4 The Game

Réveil 06h30.

Mélange de chasse aux trésors et d’escape game à travers le village et la plage.

Nous pensions nous reposer un peu ce jour là mais non, nous avons beaucoup couru aussi. C’était très ludique, des épreuves de logique et du sport (beaucoup de natation), tout cela en visitant, trop bien. Une bonne épreuve pour nous, nous sommes 4èmes.        

6ème jour : J5 bike and run, 25 km, un vélo par équipe

Réveil 04h15.                  

Mon épreuve préférée, nous avons traversé des villages, nous nous sommes arrêtées dans une école distribuer des tee-shirts, des stylos ... Les Sri Lankais étaient sur les abords des routes tout du long, certains nous donnaient des fruits mais la chaleur c’est vite faite ressentir, 42 degrés dès la 1ère heure, on faisait 4km chacune et à la fin 500m et on changeait tellement la chaleur était insoutenable. Nous sommes 63èmes en 2h50.

7ème jour : J6 Trail 10 km

C’est déjà le dernier jour et on termine en beauté.

Le ministre du tourisme ouvre la course, les 6 premiers kilomètres sont magnifiques à travers un village. Au ravitaillement nous sommes époustouflées, nous arrivons sur la plage et la vue est grandiose ! Oui mais maintenant il faut courir 3 km dans le sable et nous terminons dans l’eau jusqu’à la taille sur 500 m pour arriver sous l’arche finale, les cuisses me brûlent et là nous entendons au micro équipe 04, District 83, Lora et Sophie, nos amies tropéziennes, nous sommes amazones !

Nous sommes 60èmes en 1h22 et 62èmes au classement final.

Notre objectif était de terminer le raid sans abandon et sans blessure, nous sommes donc satisfaites de notre classement, nous avons tout donné.

Les après-midis étaient aussi remplis : atelier cuisine, tir à l’arc, cricket et survie où nous avons appris à faire du feu, tirer sur de faux oiseaux à la sarbacane et manger des insectes !

Le Sri Lanka était comme vous l’aviez imaginé ?

Nous étions sur la côte est du pays, l’hôtel donne sur une immense plage, juste magnifique et un petit village de pêcheurs à côté.

Ce fût une expérience unique de visiter un pays dans ces conditions.

Nous n’avons pas eu le temps de réellement visiter le pays mais j’ai juste envie d’y retourner.

Comment est le mode de vie des srilankais ?

La région dans la quelle nous étions est celle qui a été la plus touchée par le tsunami et la guerre civile, elle est très isolée et ne connaît pas encore le tourisme d’où l’engouement des Sri Lankais lors de nos passages. Il n’y a pas d’européens et voir 270 femmes faire du sport était incroyable pour eux, ils nous ont accompagnées sur toutes les épreuves.

Nous étions les premières à aller dans certains villages, difficiles d’accès et cela reste un moment privilégié.

Le gouvernement a été très présent, les militaires et la police étaient à notre disposition, ils nous escortaient sur toutes les épreuves, lors du VTT par exemple c’est un policier qui m’arrosait la tête avec sa bouteille d’eau pour que je n’abandonne pas.

Le peuple Sri Lankais est très accueillant et souriant, un pur bonheur !

Quelle est l’image la plus marquante de ce périple sportif ?

L’accueil que les amazones réservaient aux dernières arrivées, le premier jour, ça nous a fait pleurer. Il n’y a pas de concurrence, chacune est là pour un objectif personnel et nous nous soutenions toujours durant les épreuves. En un mot : solidarité.

Comment les produits Pur Vitae ont pu vous aider dans cette aventure?

Tout d’abord un grand merci à l’équipe Pur Vitae de nous avoir soutenues dans cette aventure.

Le produit qui a fait l’unanimité dans l’équipe c’est bien ENERGIE, car avec des réveils à 04h00 et l’accumulation des épreuves, nous avons bien senti les effets, c’est un anti fatigue miraculeux et je pense que nous avons fait des envieuses !

Le PUISSANCE m’a très certainement permis de terminer l’épreuve de l’enfer qu’a été le VTT.

Les promesses sont tenues, c’est un vrai booster et super facile à emporter et à utiliser, je le recommande vivement car les effets sont très rapides et il est complètement adapté pour les épreuves d’endurance.

Nous n’avons eu aucune crampe durant le raid ! C’est un exploit grâce à HYDRATATION qui nous a évité de boire de l’eau salée aux ravitaillements. Il est facile d’utilisation, a bon goût et tient ses promesses, je recommande également ce produit à 100%.

Nous prenions RECUP Bio le soir après les épreuves de la journée, je ne suis pas sûre que sans ce produit j’aurais pu me lever après la journée de VTT.

Je pense que la combinaison de ce produit et d’HYDRATATION soulage des courbatures car après toutes ces épreuves nos muscles n’étaient pas trop endoloris.

Après le premier trail, Lora avait très mal au genou et moi aux tendons d’Achille. Le Sirop Mobilité nous a soulagées très rapidement dès le deuxième jour, je l’avoue, je n’ai plus eu mal sur les autres épreuves.

Ces produits étaient parfaitement adaptés à notre raid et surtout à toutes les épreuves.

Nous ne pouvions pas avoir de meilleur partenaire dans cette aventure.

Articles en relation

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits