Virginie Rousseau, la barbie du Crossfit qui n'a rien de superficiel

Virginie Rousseau, la barbie du Crossfit qui n'a rien de superficiel

Publié le : - Catégories : Histoires de vie

Virginie, comment devient-on Barbie Crossfit

Alors, ce surnom de Barbie date de bien avant le Crossfit (il y a 20 ans). A cette époque, je pratiquais le Body Fitness mais contrairement à beaucoup de filles je détestais le rose. Une amie m’avait offert un petit sac à main et elle l’avait choisi rose bonbon exprès pour me faire enrager. Je l’ai gardé des années sans l’utiliser puis un jour, je l’ai sorti de mes placards pour une occasion que j’allais partager avec elle. Lorsqu’elle m’a vu avec, elle était ravie mais surtout morte de rire et m’a dit « ah! Là on dirait une vraie Barbie » et ce surnom est resté. Puis, lorsque j’ai commencé le Crossfit les tenues des filles de la French Invictus Team étaient essentiellement roses alors cela m’a paru évident que je devais garder ce surnom. Aujourd’hui, j’adore le rose ! 

 

En février 2018 tu as obtenu ton diplôme de juge de Crossfit. Pourquoi l’avoir fait?

J’ai passé mon diplôme de juge car même si je suis athlète, je suisvirginie rousseau aussi coach et je voulais pouvoir juger les athlètes qui souhaitaient faire les Opens.J’ai trouvé les tests assez simples car depuis le temps et avec le Level One je suis assez à l'aise avec les standards des mouvements Crossfit.

Par contre, pour la partie judging, j’avoue avoir fait pas mal d’erreur de comptage sur les no reps car contrairement à ce que l’on peut voir sur des qualifs ou sur des compets, les pratiquants font rarement toutes sortes de No Reps sur une même série mais souvent une seule et même erreur qui mène à une No Rep. Hors, dans le test, au sein d’une même série, la vidéo montrait toutes les sortes de No Reps possibles sur un même mouvement ce qui rendait le judging plutôt confus. Mais cela nous amène à être très réactif, c’est plutôt constructif.

 

Tu es femme très féminine et ingénieuse. On sait que tu as fabriqué ton propre placard chez toi. Est-ce qu’il y a quelque chose que tu ne sais absolument pas faire?

Ah Ah Ah! Et bien il y a sûrement un tas de choses que je ne sais pas faire mais j’avoue ne pas aimer le faire-faire. Mon père était un touche-à-tout. Mécano de carrière et très bon bricoleur il m’a appris énormément et surtout à trouver les solutions pour faire par moi-même ce que je suis potentiellement capable de faire. Et mon Rousso (mon mari) et de la même trempe. Alors je me retrousse les manches et je fais.

Et puis, c’est tellement plus gratifiant quand on fait par soi-même. Nous avons déménagé dans le sud il y a 11 mois maintenant et nous avons acheté un vieux mas. Nous prenons notre temps, mais nous avons TOUT refais et c’est une véritable fierté que de se débrouiller par soi-même. La mécanique, la menuiserie, la plomberie, l’électricité… je me renseigne et je tente!

Tu es maman d’un petit garçon. Ta routine est-elle la même que la plupart des autres mamans malgré tes entraînements intensifs?

J'ai la même routine que n'importe quelle maman. Mon fils reste ma plus grande priorité. J’ai mis un point d’honneur depuis qu’il est entré dans notre vie, à être à ses côtés le plus possible. Alors j’ai toujours organisé mon boulot et mes entraînements en fonction de lui. Le matin, je suis là pour lui, on déjeune ensemble, je l’emmène à l’école, le soir, je suis là pour lui quand il sort de l’école, je suis maman et épouse H24 et je fais du Crossfit au milieu de ça et pas l’inverse.

 

Quelles sont tes activités en dehors du Crossfit?

Depuis notre déménagement de la région parisienne pour la Côte d’Azur, mes activités sont bien différentes. Je fais du paddle, du tir (un cliché de super-héros) , j’adore bricoler (et vu le contexte j’y passe beaucoup de temps), manger et profiter de ma famille et mes amis. J’ai des plaisirs assez simples, du moment que je les partage avec ceux que j’aime.


Comment expliques-tu ta notoriété sur Instagram ?

Je suis assez lucide sur cette notoriété des réseaux sociaux. Elle n’est pas due à mon niveau de performance même s’il reste, de part ma mentalité de compétitrice, ma plus grande priorité, mais plutôt à l’effet "Blonde, tatouée, musclée" avec quelques atouts physiques! Une autre partie de cette notoriété vient aussi, je pense, de mon profil maman, épouse, master et athlète. Ce côté super bonne femme suscite une forme de curiosité voire même parfois d’admiration. Je reçois beaucoup de messages de femmes qui sont plus adorables et touchants les unes que les autres et ça c’est vraiment top!

 

Tu as beaucoup de tatouages. Et la plupart d’entre elles ce sont des héros transformés en héroïnes comme She-Hulk ou encore Lady Deadpool. Racontes nous ce qu’elles représentent pour toi.

Alors bizarrement, contrairement à mes tatouages du haut du corps qui racontent beaucoup d’étapes importantes de ma vie, ces super héroïnes n’ont pas de lien avec ma vie. Par contre, elles sont tout à fait le reflet de l’image que je me fais de LA femme parfaite! 

J’ai toujours adoré les supers-héros, Marvel ou Avengers peu importe, c’est mon côté ados un peu garçon-manqué qui ressort. Mon idée de la femme parfaite c’est qu’elle soit capable d’assurer sur tous les fronts alors c’est un peu l’idée de ces héros. Je tente un peu d’être ces supers-héroïnes au quotidien pour mon mari et mon fils pour leur faciliter la vie et qu’ils soient fiers de moi. C'est aussi un message pour mon papa qui me surveille quelque part. 

virginie rousseau crossfit

Articles en relation

Recherche

Boutique Naturelle

Boutique Naturelle
Voir d'autres produits